Qu’est-ce que le burnout et comment le prévenir ?

Le burnout touche de plus en plus de monde dans le milieu du travail. Alors que cette maladie reste encore relativement méconnue, 10% des français seraient touchés.

Qu’est-ce qu’un Burnout ?

L’épuisement professionnel est surtout connu sous l’appellation anglaise burnout. Selon l’OMS, il se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Depuis le début des années 1990, la fréquence des problèmes de santé psychologique au travail augmente de manière exponentielle. Le burnout serait maintenant responsable d’environ 40 % des invalidités (jusqu’à 60 % dans certains secteurs d’emploi), contre 18 % en 1990. Aujourd’hui, c’est la première cause d’absence prolongée du travail, couramment appelée « invalidité de longue durée ».

 

Homme burnout

Selon l’OMS, il se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail »

Comment diagnostiquer le Burnout ?

On peut parler de Burnout quand il y a épuisement professionnel, dépression, stress post-traumatique, troubles anxieux, etc… Les symptômes peuvent être divers, mais le stress chronique est présent chez la plupart des personnes qui en sont atteintes. Les experts ne parviennent pas encore à expliquer complètement ce qui mène à l’épuisement professionnel. La grande majorité a une charge de travail élevée, à laquelle s’ajoutent l’une ou l’autre des sources de tension suivantes : manque d’autonomie, déséquilibre entre les efforts fournis et la reconnaissance obtenue (salaire, estime, respect..), faible soutien social…

Des particularités individuelles entrent aussi en jeu. Par exemple, on ne sait pas très bien pourquoi des personnes sont plus stressées que d’autres. De plus, certaines attitudes (trop grande importance accordée au travail, perfectionnisme) sont plus fréquentes chez les individus ayant développés des synptômes en rapport avec le burnout. La faible estime de soi serait aussi un facteur déterminant. En outre, certains contextes de vie, comme de lourdes responsabilités familiales ou encore la solitude, peuvent mettre en péril la conciliation travail-vie personnelle. Le diagnostic est donc difficile à établir, car les médecins ne disposent pas de critères précis. Ainsi, distinguer un épuisement professionnel d’une dépression n’est pas chose simple. Pour le moment, les médecins se basent sur l’entretien qu’ils ont avec le patient et les symptômes de ce dernier. En cas de doute, la consultation d’un psychiatre est parfois suggérée.

Quelques conseils pour éviter cela

Le stress étant l’élément le plus « visible » chez les travailleurs atteints de Burnout, voici différents moyens pour le réduire et ainsi diminuer le risque d’épuisement professionnel :

_ Bien s’entourer et discuter avec ses proches des difficultés vécues au travail afin de se sentir soutenu. Le soutien social demeure la solution la plus efficace.

_ Dresser une liste des tâches prioritaires à accomplir, ce qui aide à mieux gérer son temps.

_ Apprendre à dire non de temps en temps.

Globalement, il faut faire l’examen de ses habitudes de vie. Certaines peuvent contribuer au stress, comme une grande consommation d’excitants (café, sucre, alcool, chocolat, boissons gazeuses). L’exercice physique, quant à lui, peut prévenir ou réduire le stress, tout en facilitant le sommeil. Il est aussi très conseillé d’aménager son temps, de faire la part entre les loisirs et le travail, afin de s’accorder des moments de repos.

Enfin, la prévention de l’épuisement professionnel n’incombe pas seulement aux individus, mais aussi aux entreprises. Certains syndicats militent depuis quelques années pour faire reconnaître le Burnout comme une maladie professionnelle. Une pétition avait été lancée en Février 2014 et receuille actuellement (aout 2014) 7000 signatures.

 

 

2 Commentaires