Salarié, quels sont vos droits concernant les dispositifs de santé ?

Une étude menée par Viavoice et publié ce lundi 2 Septembre dénonce le manque d’information concernant les dispositifs de santé en entreprise. Complémentaire santé souscrite par l’entreprise, comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), médecine du travail ou encore équipements de protection individuels contre le bruit, les produits dangereux… seul la moitié des salariés interrogés s’estiment « bien informés » de ces dispositifs.

Les moyens mis en place

La complémentaire santé : au 1er Janvier 2016, la couverture complémentaire santé collective minimale sera obligatoire dans toutes les entreprises. En effet, l’Assurance maladie ne rembourse pas complètement vos dépenses de santé. La complémentaire santé d’entreprise complète ces remboursements, en totalité ou en partie. L’ensemble des salariés en sont bénéficiaires. Il est à noter qu’en plus de la complémentaire santé, le dispositif collectif de votre entreprise peut proposer d’autres garanties (garanties décès, garantie dépendance…). La complémentaire santé peut aussi proposer des prestations supplémentaires : service d’assistance (aide ménagère, garde d’enfants, etc.), prévention et accompagnement (prise en charge de dépistage par exemple).

Les CHSCT : constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail. Composé notamment d’une délégation du personnel, le CHSCT dispose d’un certain nombre de moyens pour mener à bien sa mission (information, recours à un expert…) et les représentants du personnel, d’un crédit d’heures et d’une protection contre le licenciement. Ces moyens sont renforcés dans les entreprises à haut risque industriel. En l’absence de CHSCT, ce sont les délégués du personnel qui exercent les attributions normalement dévolues au comité.

Le rôle du médecin du travail est exclusivement préventif. Il doit : conduire les actions de santé au travail, afin de préserver la santé des travailleurs tout au long de leur parcours professionnel, conseiller l’employeur, les travailleurs et les représentants du personnel sur les mesures nécessaires. Le médecin du travail cherche donc à éviter ou diminuer les risques professionnels, à améliorer les conditions de travail, prévenir la consommation d’alcool et de drogue sur le lieu de travail, prévenir le harcèlement moral ou sexuel, surveiller l’état de santé des travailleurs en fonction de leur âge, des risques concernant leur sécurité, leur santé et la pénibilité au travail.

 

breve48046-0

« L’étude dénonce aussi la priorité des salariés qui est de réduire le stress. »

Priorité pour la lutte contre le stress

L’étude dénonce aussi la priorité des salariés qui est de réduire le stress. En effet, sondés au sujet des éléments manquants au sein de l’entreprise, 45 % des salariés pointent  les mesures pour lutter contre le stress. Objectif premier des salariés : réduire la pression sur les objectifs. Pour bonifier leur santé, les employés sont 34 % à tabler sur une pression moindre concernant les objectifs, 28 % à attendre de meilleures relations de management, et 27 % de meilleures conditions de travail. Au stress engendré par le travail, les entreprises répondent qu’il y a 2 types de stress, dont l’un aidant au travail. En effet, maintenir un certain challenge entre les employés peut être bénéfique pour la société qui verra la productivité augmenter.